Voici une brève pour relater une expérience pour moi parfaitement hallucinante, de la haute voltige dans l’inefficacité la plus crasse dont peut être capable mon fournisseur d’accès à Internet. Ayant un abonnement à Internet chez l’opérateur national Belgacom, j’ai depuis peu un quota semblerait-il illimité (de cela je ne me plaindrai pas, bien évidemment). Étant toujours bénéficiaire d’un abonnement Internet Favorite, et suite à la relecture de la fiche du produit, il semblerait que cela soit dorénavant inclus à mon abonnement ! Voilà qui sonne pour moi comme une bonne nouvelle, le signe d’une lente évolution de nos abonnements nationaux.
<Wizzle> Pis tu rales mais je paie 40 euros pour du 4 mega limité en dl/ul à 10 giga /mois <Wizzle> Sans le telephone <Wizzle> sans la tv <Wizzle> en fait les offres belges sont dignes de cretin.fr – sur BashFR.
Or voilà : si j’accède à mon compteur de connexion, celui-ci est toujours bloqué aux 500 Go précédents de mon abonnement, ce ne sont que les Volume Packs (20 Go de quota supplémentaire initialement) qui sont désormais gratuits, renommés Unlimited Volumes pour l’occasion. Soit. La méthode me fait lever le sourcil jusqu’à ce qu’il se perde dans ma tignasse. Quoi diable est-il passé par la tête du chef de projet ? Y’en avait-il seulement un ? Du strict point de vue du processus, c’est tout simplement inacceptable, voire parfaitement abscons. Résumons bien : je dispose dorénavant d’un quota illimité, mais qui pourtant est toujours bloqué (juste pour la joie de la contradiction explicite) à 500 Go. Néanmoins, parce que je n’ai que ça à foutre, je peux commander autant de fois que je le souhaite et pour un montant nul des rallonges de quota. C’est à dire perdre un temps à peu près affolant sur un site où la navigation est entièrement ou presque gérée par Javascript et où il est, est-il farfelu de ma part de le vouloir ? , pratiquement impossible d’ouvrir les liens dans de nouveaux onglets, afin de bénéficier d’un service mal foutu. Et encore, je pars ici du principe que les pages désirées sont accessibles, ce qui n’est pas toujours le cas – un bonheur ne venant jamais seul, selon l’adage que je modifie un peu. Bravo les gusses, vous avez fait ça comme des pros.