C'est avec engouement certain (que dis-je, j'ai frôlé la crise d'hystérie joyeuse et endiablée) que j'ai appris la publication de Diaspora: Shattered Armistice, un jeu tout juste sortie d'une gestation de quelques 4 années, car sans trop de peine je peux avouer avoir été (et encore être) fan de la série dont il est issu : Battlestar Gallactica.

Pour tout remarque liminaire, sachez d'ores et déjà que ce jeu n'a rien à voir avec un quelconque réseau social communautaire, dont les développeurs auraient cessé tout développement pour se consacrer à ce jeu. Ça aurait été comique, mais non.

L'univers recomposé

Alors que je n'avais été que moyennement convaincu (si pas un peu déçu, avouons-le) par le MMORPG Battlestar Galactica Online, cet opus communautaire m'a séduit dès sa bande annonce. L'immersion a l'air au rendez-vous, la prise en main à l'air plus directe et surtout, les prises de vues me font fiévreusement penser à l'un de mes amours de joueur : Freelancer, par son côté simulation de combat spatial (on fera l'impasse sur la partie commerce).

Dans Diaspora: Shattered Armistice, donc, l'on pilote un Rapace ou un Viper Mark VII lors d'une énième guerre contre les toasters Cylons, 40 ans après l'armistice. Soit une bien belle promesse (et un gros bordel intergalactique) !

Centurion Cylon

Licence de Diaspora: Shattered Armistice

Petit extrait de License.txt disponible dans l'archive du jeu :

Battlestar Galactica is © Universal Network Television LLC. All rights reserved. Used under the fair use clause covering fan art and related work. Descent Freespace 2 is ©1999 Volition, Inc. ™ Interplay Entertainment Corp. All rights reserved. All other content is distributed under Creative Commons licence (see below).

L'on peut donc dire que le jeu est à peu près libre, du moins pour le travail fourni par sa communauté de développeurs.

Logo Diaspora: Shattered Armistice

Installation sous Arch Linux

Maître joueur par le trailer alléché, téléchargea l'archive sans plus tarder ! Quelques instants minutes Un gros paquet de temps plus tard (l'archive fait son poids : 1,3 Go), j'avais enfin l'archive à portée de terminal ! Premièrement, la décompresser : tar --lzma -xf DiasporaR1Linux.tar.lzma. Une fois chose faite, j'ai suivi la marche disponible dans le README.txt, jusqu'à un certain point.

Déplaçons l'archive à la racine de l'utilisateur, et pointons dedans, pour poursuivre : mv Diaspora ~ && cd ~/Diaspora. Une fois ceci fait, il faut construire le moteur du jeu (fs2open) : cd fs2open && ./autogen.sh && make && mv code/fs2open3.6.13 ../fs2opendiaspora.

Ensuite, la marche à suivre explique comment construire les paquets pour wxlauncher, utilisé au lancement du jeu. Même en installant toutes les dépendances nécessaires, je n'y suis jamais parvenu (une sombre histoire de python-markdown, alors que python-markdown et python2-markdown sont installés) ! Qu'à cela ne tienne, j'ai trouvé mon bonheur dans AUR, et j'ai pu joyeusement me passer de cette partie de la marche à suivre suite à un yaourt -S wxlauncher.

La suite est similaire, il ne reste plus qu'à configurer le profile pour le launcher : cd ../.. && cp pro00099.template.ini pro00099.ini && chmod 644 pro00099.ini. Ensuite, éditez ledit fichier pour en modifier la valeur folder=, dans mon cas : folder=/home/postblue/Diaspora - éditez en conséquence chez vous.

Suite à quoi, lancez wxlauncher, nous allons créer un profil pour Diaspora :

  • Pour créer un nouveau profile, cliquez sur New... et donnez-lui un nom ;
  • À l'onglet Basic Settings, cliquez sur Browse... et choisissez le dossier où vous avez construit fs2_open (~/Diaspora si vous m'avez suivi) ;
  • Sélectionnez juste en dessous FreeSpace 2 Open diaspora pour l'exécutable ;
  • Les autres options sont à régler à votre convenance : la résolution, ou la finesse de l'image dans la section Video, les modes d'éclairage et les détails à l'onglet Advanced Settings ;

[gallery include="646,645,644"] Pour exécuter, ce n'est pas sorcier : cliquez sur Play et prenez vous pour Kara "Starbuck" Thrace !

[caption id="attachment_647" align="aligncenter" width="300"]Diaspora HUD Des étoiles dans les mirettes, ma bonne dame ![/caption]

Notez cependant qu'une reconfiguration des touches est plus que bienvenue, j'estime que la configuration par défaut est pour le moins inutilisable - à part ça, je vous souhaite un bon jeu.