Mise à jour du 8 mars 2012 : version 1.6.2, réinstallation sur la mémoire interne, désinstallation de quelques programmes par défaut.

Attention, l’installation d’une ROM alternative annule la garantie auprès d’Archos !

Et parce que je suis couard, je décline toute responsabilité si vous explosez votre joli bijou : ces manipulations sont simples néanmoins conséquentes. Exécutez-les à vos risques et périls. Depuis peu détenteur d’une Archos 101 Internet Tablet de récupération, j’ai pu commencer ma lente et douloureuse découverte du faux système libre Android. Les découvertes sont plutôt agréables, mais je me suis très vite senti limité dans l’utilisation dirigiste d’un périphérique non-rooté. Disons que mes manies de linuxien assidu sont très vites remontées, et n’ont pu trouver de satisfaction que dans la libération de ce jouet. J’aurais pu me pencher sur l’installation d’openAOS, ou encore celle d’une Debian, mais j’ai préféré jouer petitement, avec le plus d’assurance possible et installer UrukDroid qui dispose d’un Wiki très complet.

Installation

Suivez ce lien pour l’installation – il est on ne peut plus clair et précis selon moi -, cet autre pour le téléchargement des composants qui vont bien. Il n’y a normalement aucun problème majeur, si ce n’est de bien prêter attention à une chose : le système de fichier utilisé pour le stockage (EXT3 ou FAT32). Sous Windows, il sera préférable d’utiliser le FAT32. Sous Linux par contre, c’est du pareil au même, quoique vous devrez néanmoins naviguer peut-être naviguer en root (indiqué mais ça ne m’a pas été nécessaire) pendant les manipulations de l’installation. Pour changer le système de fichier : aller dans le menu Paramètres, descendez jusqu’à l’entre Réparation et formatage, et changer la valeur du Système de fichier de la mémoire de stockage interne. Cela effacera tout les fichiers personnels (musique, vidéo, photo, …) mais ne désinstallera pas les applications. Personnellement, j’ai préféré l’installation sur la mémoire interne histoire de gagner en réactivité, la seule microSD que j’ai étant de piètre qualité. Notez que si vous choisissez l’installation Simple, celle si se fera automatiquement sur la carte.

Mise à jour et configuration d’iptables

Le paquet UrukDroid_1.6-Install.rar n’étant pas à jour avec les derniers patchs, il vous sera nécessaire de mettre à jour, bien évidemment. Voici comment je procède :

  • Activation de SSHD dans l’utilitaire UrukConfig ;
  • Lancement du terminal et saisie de la commande (voir ici pour le mot de passe par défaut et accessoirement le changer) (pour l’IP, voir la dernière colonne d’UrukConfig indiquant l’IP de votre tablette et le port par défaut) ~ $ ssh root@192.168.1.3
  • Naviguer jusqu’au dossier /data/UrukUpdate/ afin d’y déposer/télécharger les fichiers de mises à jour que vous trouverez sur ce serveur. Pour l’exemple, prenons la mise à jour 1.6.2.

    cd /data/UrukUpdate/
    wget http://sauron.pourix.com/UrukDroid/UrukDroid-1.6/UrukDroid-1.6.2-update.tbz2
    
  • Si la mise à jour ne se lance pas automatiquement, se rendre à l’onglet Options d’UrukConfig, et sélectionner UrukDroid Update.

Si vous avez des soucis avec Orbot ce concernant l’activation du Transparent Proxying, ce bug est résolu en ajoutant la règle ipt_REDIRECT dans iptable_modules du fichier /etc/uruk.conf/iptables, et à condition d’activer le service IPTables. Notez que ce service est aussi requis pour un programme tel AdAway.

Overclock

Somme toute rien de plus simple (mais tout de même sacrément dangereux si vous ne savez pas ce que vous faites) pour peu que vous sachiez éditer un fichier « à la mode de Linux » : /etc/uruk.conf/cpugovernor, ensuite modifiez ces valeurs :

# Overclock
0 = disabled, 1 = enabled
enable_overclock=1

Si par malheur vous auriez introduit un réglage désastreux, redémarrez dans le menu de récupération, et désactivez l’overclocking. Les réglages par défaut, eux, sont relativement stables :

# Overclock settings
max_vsel=60
max_rate=1050000

Désactivation des applications par défaut

Des applications telles que Mail (si j’utilise K9-Mail), l’enregistrement en ligne (déjà fait), le manuel pour l’utilisateur (vide, en ligne, et jamais utilisé), … sont parfaitement inutiles pour moi du moment que je leur trouve une alternative. Pour s’en faire quitte (sans pour autant dire complètement adieu à ladite application), c’est somme toute assez simple si l’on suit cet exemple : il suffit de bouger les applications non désirées de /system/app/ à /system/app.old/. Notez que si vous ne savez pas ce que représente une application, vous n’y touchez pas, par précaution.

cd /system/app
mv Daos.apk ../app.old/

Impression

Même si cette tablette est un peu dépassée (ARM 7, 1Ghz, Android Froyo 2.2 – peut-être Ice Cream Sandwich, un jour, on peut rêver), que le firmware d’Archos sur lequel se base UrukDroid a réduit l’autonomie de la tablette depuis quelques versions, … avoir un contrôle complet de celle-ci est vraiment confortable et selon moi sans trop de risque. J’ai réessayé quelques temps le firmware officiel : je me sens bridé dans mon utilisation, sans cesse renvoyé au fait que je ne suis pas le maître à bord. D’un point de vue multimédia, la réputation d’Archos en la matière n’est pas trahie : image nette, son de très bonne qualité alors que je pars souvent du principe que les accessoires du genre se rapprochent plus souvent du bruit de casserole par la petitesse de leurs enceintes. Notons finalement la fonctionnalité AlternativeOS qui en théorie devrait me permettre de démarrer Debian, Ubuntu ou… MeeGo ! J’essaierai bientôt si je comprends bien la manipulation, mais pour l’instant ça me va encore très bien.