Voilà le retour sur une redécouverte récente : Dope Stars Inc. Ces fous italiens de la scène rock indus, revenus ce lundi 30 mai avec un coup médiatique que j’estime viral.

Into pure Cyberspace we were born Into pure Cyberspace we will return All we need is more pirate Ketaware We are the TLC generation The generation of the Ultrawired We are Dope Stars Incorporated

Alors qu’ils ont un son qui aurait plutôt tendance à m’énerver, parce qu’un peu trop criard et n’ayant pas assez d’ampleur par endroits (pathologie punk), ce mélange d’EBM et de punk-des-maisons porte ses fruits, la piste Banksters l’illustre très bien (à éviter d’écouter brute de décoffrage, à mon avis, ça nuit plutôt à l’appréhension). L’album, dans sa continuité, est puissant et ne laisse pas de marbre. Un vrai bon moment.

L’album, lui, est très particulier quant à sa distribution : purement gratuite, en direct download (rapidshare, megaupload) ou en .torrent (P2P), en format MP3, ISO ou WAV (à l’heure où j’écris cet article, une version spéciale pour la presse, les DJ et les clubs est prévue). Le groupe compte sur la générosité des fans, simplement. Et ce qu’importe la préférence du fan : par social pay (un tweet sponsorisé), PayPal, Flattr, Bitcoins (l’argent numérique peer-to-peer, anonyme et opensource), ou sur par un achat sur iTunes (ce que j’éviterais), Amazon, Napster, …

Contenu

Des photos du groupe. De la documentation dont « A Declaration of the Independence of Cyberspace » par John Perry Barlow, des informations pour faire partie du « Ketaware Program » (la campagne virale de distribution de l’album, embauchant des jeunes, qu’on imagine intégrés au milieu urbain, distribuant des CD à prix sacrifié, …)

Fans can buy stocks of cds to redistribute them. Doing so they get a fair share (from 1.5€ up to 4.7€) & earn special points to get free backstage access, customized merch and more.

Toutes les paroles de l’album sont aussi présentes, ainsi leur Nouveau manifeste à l’image de celui de Barlow, le communiqué de presse, et The Operation of the Machine, texte de Mario Savio :

There is a time when the operation of the machine becomes so odious, makes you so sick at heart that you can’t take part; you can’t even passively take part, and you’ve got to put your bodies upon the gears and upon the wheels, upon the levers, upon all the apparatus, and you’ve got to make it stop. And you’ve got to indicate to the people who run it, to the people who own it, that unless you’re free, the machine will be prevented from working at all!

Il vous dit quelque chose ? Ca n’est pas du tout impossible. A côté de ça, des fanarts (doodles, pochettes, livret virtuel, …). Un vrai fan pack ! De même, alors que la mode est, dans certains milieux, à un sérieux do it yoursel (DIY), Dope Stars Inc. propose une version un peu « OEM » de leur album : la galette est livrée nue, avec la pochette, le tout à assembler et graver soi-même, avec une image .ISO téléchargée sur leur site. Une version « normale » est aussi prévue, mais je l’estime moins intéressante parce que diablement plus conventionnelle (mais après tout, pour au minimum le double du prix, pourquoi pas).

Pourquoi ?

Pourquoi un groupe dont le succès professionnel est relativement assuré se passerait-il de label pour distribuer leur nouvel album (ce ne sont pas les premiers) ? Pourquoi se positionner ainsi pour faire plaisir au fan qui se sent investit d’une mission virale ? Pourquoi chacun d’entre eu ouvre son client Torrent, jusqu’à faire craquer son ratio de partage, commande des CD et les revende ou donne autour de lui ?

Where else a band release 14 cover arts for 14 songs? and put them for FREE? tell me. [source]

La question se pose : l’impact publicitaire est énorme, le fan est prend parti et assène la campagne autour de lui. « Vas-y télécharge, c’est GRATUIT ! » Et le fan, par générosité, ouvrira son portefeuille, fera la meilleure campagne de pub possible : un bouche à oreille passionné. Sur la page Facebook encore : « If you can’t do it for me, and you can’t do it for yourself, do it for the lulz! Victor Love [le producteur et leader du groupe] did it 4 the lulz.«

The Pirate Day Party

J’aimerais souligner une chanson en particulier : Lies Irae ; à elle seule projet communautaire. « All music and lyrics by Dope Stars Inc. & Ketapusher team » Keta-quoi ? Une bande de fans illuminés qui on « randomly » écrit les paroles de la chanson, ensuite entièrement mixée par Vicor Love – c’est une sorte de grand manifeste, témoignage de la culture des pirates du net – entre idéaux chevaliers et cyber-punks.

We are the generation of the Ultrawired, the arcade maniacs, the arkanoid superstars. Fighting space invaders and street fighters when back from school. No game over could scare us. Ready to insert the next coin and push the start button for another round. Vic 20, c64, atari, amiga or x86 had no secret for us hence tapes and floppy disks were our energy packs. Pioneers of the early operating systems. Begging for just few more megabytes on the next generation hard drive. Dreaming of hokuto no-ken post nuclear worlds and laughin out loud in the monkey island. Ready for the final fight and facing every stage monster with our golden axe. Skating in the backyard and driving in the park with our BMX. Packed with music cassettes in our backpack, equipped with our beloved walkman. We are the time travellers that will bring you back to future. We are a short circuit. We are the last starfighters. The Mario bros. The raiders of the lost Ark. We are the goonies, the navigators, the explorers. We are the Ghostbusters, the Lost boys and Blade Runners. The Knight Riders, the Terminators and Robocops. We are the Visitors. The Fremen of the lands of Dune. We are the generation of Wargames and tic tac toe. The rebel troops of star wars in the last battle to restore the galactic republic. We have been fighting the alien mindbenders by the side of Zak. We have seen the first cell phones, the first modems, the first bbs and the first web page. We burned CDs or DVDs for the first time expanding our music/software collection. We are the ones you could meet on the IRC channels and newsgroups. Playing with port scanners and looking for the next exploit or backdoor. We are the generation of do it yourself, the Ufo hunters, the proud technological geeks. Registered to hundreds of message boards with our crazy nicknames and getting excited by the next technological shit. Anything we wanted to know was just one click away, stored in one of our thousand databases, in our USB pen drive. We’ve seen the pirate networks and social networks changing the entire digital world and opening the gates to the freedom of information. Computers taking over the world governments for the first time. We are the generation who’s gonna leak the secrets hidden for centuries and who’s gonna spread them into the global network. Unfolding the unseen and sharing it with our trillion buddies. We are the generation of free download, free upload. The generation of cut, copy and paste. We are the soldiers of the first worldwide cyberwar. Supreme commanders of the ultimate FPS, equipped with our last generation joypad. This is just few of the things we’ve seen. Few of the things we really are. Thousand are the things we will see tomorrow. Thousands are the shapes we’ll have tomorrow. Always ready to make the next step in evolution. Never tired to connect to the next virtual world, the next network, the next cyberspace.

Où les trouver ? Sur SoundCloud, sur leur site officiel, Facebook, twitter, MySpace (oui, ça existe encore), YouTube. Ceci est une nouvelle déclaration d’indépendance du cyberespace, et une valorisation bienvenue des réseaux alternatifs ou vus plutôt comme des repaires de voleurs.

Napster ?

Cela semble évident :

Sorry Lars. We love ya and we knuw you gonna hate this. But this is the future. LOL [source]

Il est bel et bien question ici de la controverse concernant Napster, et de la volonté de démantèlement exprimée par Lars Ulrich, le batteur de Metallica. Le pied de nez est flagrant, et on apprécie ! Alors, sans hésitation achetez-le. Sinon, téléchargez le (en torrent de préférence), vous n’avez pas d’excuse.

Never accept Never conform Never disconnect Be extraordinary Be Ultrawired