En très peu de temps nous avons vu passer deux annonces concernant Jappix, ce réseau social décentralisable basé sur le protocole XMPP (aka Jabber pour les mécréants) :

Mais, vraiment, quoi de neuf ? Commençons par la mise à jour : en fait, pas grand chose. Beaucoup de bugfix, quelques petits réaménagements de l’interface qui devient un poil plus fonctionnelle, mais somme tout peu d’avancées majeures. C’est là à peu près tout, sinon une intégration de Jappix Me dont j’ai parlé plus haut. Cette intégration se fait surtout à l’enregistrement de nouveau comptes, ce qui finalement n’a que peu d’intérêt pour ceux qui profitent déjà de leur compte XMPP, ou à l’édition de votre profil en faisant un joli débordement du cadre.

Julien présente certainement mieux ce projet (Jappix Me) que moi mais en voici les points majeurs : encore grevée de quelques bugs, cette plateforme (en bêta) se veut être une centralisation (temporaire, le temps de corriger ces quelques bugs non mentionnés) de profils publics donc, à terme, ce service devrait vous permette d’arborer un flux d’informations liées à votre compte XMPP et cela publiquement (donc sans nécessiter un accès à une instance Jappix spécifique) voire (idéalement) sur votre propre serveur.

Julien promet que le code en sera libéré et publié sous licence AGPL une fois que le plus gros des corrections seront apportées – soit dans quelques mois prévoit-il – à l’instar de Jappix Desktop à ses débuts. Il envisage aussi l’intégration de hashtags et de mentions, ce qui au final rendrait son utilisation peut-être double avec mon flux StatusNet, reste à voir comment cela sera appliqué.

Mais parlons-en, de code ! Surfant un peu sur le site de CodingTeam, j’ai voulu jeter un œil au code de Jappix Spaco : sérieusement, c’est quoi cette blague ?! Un projet opensource dont les sources, manque de bol, ne sont pas librement accessibles ? Il me sera encore dit que je l’ouvre un peu trop, mais n’y en aurait-il pas un qui dans la bande aurait oublié les fondements du logiciel libre ?

Pour rappel, notre Saint IGNUcius le définit comme suit :

Je puis expliquer la base philosophique du logiciel libre en trois mots : liberté, égalité, fraternité. Liberté, parce que les utilisateurs sont libres. Égalité, parce qu’ils disposent tous des mêmes libertés. Fraternité, parce que nous encourageons chacun à coopérer dans la communauté.

Avouons que sans les sources du projet ça va être compliqué du coup, pour éditer, lire et commenter librement les sources d’un projet qui prétend bien l’être, libre !

Édit : Grâce à Cyril Glapa (son blog, son flux StatusNet), community manager de Jappix (aux dernières nouvelles), j’ai eu connaissance de ce dépôt subversion qui lui est resté librement accessible bien heureusement.

Toujours est-il, je continuerai à peaufiner ma propre instance qui a tendance à parfois planter un poil – ce qui devrait changer d’ici peu avec un petit déménagement de mes sphères.

Cela dit…

Bonne continuation aux développeurs, aux passionnés, aux participants à tous les niveaux : votre projet est super, il mérite de perdurer en tant que projet libre pouvant rassembler une communauté.