Malgré avoir écumés les distributions depuis mes débuts sous Ubuntu 8.04 (qui n’aura jamais vu l’ombre d’un paquet du réseau) pour les besoins d’un travail de fin d’étude (TFE), je suis resté majoritairement fidèle à GNOME. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas essayé d’autres gestionnaires de fenêtres, mais c’est toujours resté celui dans lequel je me retrouvais le mieux d’un point de vue ergonomie ; KDE est pour moi un labyrinthe insondable, XFCE a les relents de mes premiers pas sur Windows 95, … Il n’y a finalement que LXDE qui me convainque dans les suites « complètes » (avec Enlightenment), MeeGo mis à part. Tournant actuellement sous Arch Linux, je me suis jeté donc dans le grand bain de Gnome Shell et de la philosophie KISS (Keep it simple stupid). Finalement, ce fut rapide, et la maintenance est très facile, pour peu qu’on ne s’amuse pas trop (comme il m’arrive souvent de le faire) avec des paquets sur AUR. Un peu de mesure, de parcimonie, et j’obtiens un environnement complet et très fonctionnel.

Installation d’Arch Linux

C’était à vrai dire la partie que je redoutais le plus, ayant des partitions que je voulais préserver sur mon disque dur. Étrangement, suivre la documentation est la meilleure chose à faire, noter les changements effectués et enregistrer les pages de documentation ayant présidé à des changements est un plus non négligeable. Je n’ai pas d’autre indication à donner à ce propos, mon but n’est pas de donner un énième tutoriel sur « comment installer Arch ». Disons que je vous retrouve après le premier redémarrage, comptant que vous n’installiez que [base] et [base-devel].

Post Installation

Je vous laisse vous renseigner sur comment configurer vos périphériques de saisie, votre carte graphique ou votre carte réseau, ce sont des configurations matériellement trop spécifiques pour que j’en fasse le menu : les wikis liés à Arch étant parmi les plus complets qu’il m’ait été donné de voir, je ne crois pas que vous devriez vous perdre. Disons que vous venez de redémarrer et de vous créer un utilisateur ! Avant toute chose : ajoutons le dépôt [archlinuxfr] à votre fichier /etc/pacman.conf :

[archlinuxfr]
Server = http://repo.archlinux.fr/$arch/

Ensuite, faisons les mises à jour et installons yaourt, un gestionnaire de paquets beaucoup plus complet (et avec des couleurs).

pacman -Syu yaourt

Ensuite, je conseille grandement d’éditer les droits « sudo » afin que votre utilisateur puisse accéder aux droits d’administrateur moyennant votre mot de passe :

EDITOR=nano visudo

Et éditons cette ligne pour supprimer le # qui la précède :

%wheel ALL=(ALL) ALL

Afin que tout personne ajoutée au groupe wheel (ce que nous avons bien évidemment fait précédemment) puisse accéder à cette fonction. Cela nous facilitera grandement la tâche. Suite à quoi je conseille de redémarrer, disons dans le doute même si cela n’est pas nécessaire; de se connecter sous le nom d’utilisateur précédemment créé. Ensuite installons les dépendances nécessaires de Xorg, les pilotes libres faisant partie du projet Xorg, et de Gnome. Ceci donnera :

yaourt -Syu xorg-server xorg-xinit xorg-utils xorg-server-utils gnome gnome-extra dbus gnome-tweak-tool nautilus-open-terminal alacarte

N’oublions pas de tout de suite configurer le lancement du Display Manager : GDM ; ajoutant gdm à la fin des DAEMONS de /etc/rc.conf, et renommant network en networkmanager, le faisant précéder de dbus.

DAEMONS=([...] dbus networkmanager [...] gdm)

Pour ma carte graphique nVidia, les drivers Nouveau :

yaourt -S xf86-video-nouveau nouveau-dri mesa nouveau-firmware

Ensuite ajouter nouveau à la zone de MODULES dans /etc/mkinitcpio.conf, ensuite régénérer l’image du noyau avec :

sudo mkinitcpio -p linux

PackageKit (gestionnaire graphique d’installation et de mise à jour) :

yaourt -S gnome-packagekit gnome-settings-daemon-updates

Gnome Shell Extensions :

yaourt -S gnome-shell-extension-alternative-status-menu gnome-shell-extension-drive-menu gnome-shell-extension-places-menu gnome-shell-extension-user-theme gnome-shell-extension-windows-navigator gnome-shell-extension-activities-button gnome-shell-extension-noa11y gpaste pidgin-gnome-shell-extension-git gnome-shell-extension-presentation-mode-git gnome-globalmenu-git

Pidgin :

yaourt -S pidgin pidgin-encryption purple-plugin-pack pidgin-otr gnome-shell-pidgin pidgin-gnome-keyring-svn pidgin-gnome-shell-extension-git

Gnome Office :

yaourt -S abiword abiword-plugins gnumeric gcstar gummi shotwell

Firefox en français :

yaourt -S firefox firefox-i18n-fr

Multimedia :

yaourt -S gstreamer0.10-plugins rhythmbox totem-plugin totem-plugin-arte radiotray

NTFS et automontage des partitions :

yaourt -S ntfs-3g disk-manager

Et créer l’arborescence de HAL pour que ce dernier utilitaire puisse se lancer :

sudo mkdir -p /etc/hal/fdi/policy

Gestionnaire de réseau NetworkManager :

yaourt -S network-manager-applet

Enfin, de quoi pouvoir éditer les règles de lancement de certains programmes (le terminal automatiquement maximisé, par exemple) :

yaourt -S gdevilspie

Voilà, je crois que c’est à peu près tout en ce qui concerne les paquets : le reste est affaire de configuration, à chaque fois présente sur la page que je donne, quand il y a besoin, en référence.

Utilisation :

Elle est intuitive, pour moi, directe, je ne passe pas des heures à chercher mes petits dans d’innombrables menus : même, utiliser le logiciel alacarte permet d’y remettre un ordre qui parfois cafouille dans l’ordre des applications. Ensuite, il ne tient qu’à vous de désinstaller les applications qui ne vous conviennent pas dans les métapaquets gnome et gnome-extra, comme par exemple epiphany. Au final, ce devrait ressembler à ça (avec les thèmes Zukitwo et Faience, ainsi qu’un fond d’écran My Litte Pony Friendship is Magic ! trouvé sur DeviantArt).