Des choses qui m’énervent ces derniers mois :
  • la nouvelle barre de Google accessible (sans besoin de modifier un cookie) aux seuls utilisateurs anglophones ;
  • la Timeline de Facebook d’abord seulement déployée en Nouvelle-Zélande, ou accessible à quelques utilisateurs selon une distribution aléatoire et opaque, avant d’être enfin disponible pour tout le monde ;
  • la nouvelle interface de Twitter accessible aux seuls ayant l’application mobile Android ou iOS ;
  • le catalogue de Deezer différent selon le pays où vous vous trouvez ;
  • des contenus de la RTBF inaccessibles sur YouTube alors que je suis en Belgique (nous ne sommes pas les champions du monde de l’absurdité pour rien) ;
  • France Télévision qui rend ses services de retransmissions accessibles aux seuls résidents français (les Dom-Tom peuvent aller se faire voir) ;
  • les groupes comme Netflix, Hulu, Deezer ou Spotify qui doivent se battre sans cesse contre une industrie qui se tire par là une balle dans le pied (moindre exposition de certaines créations), à chaque nouvelle frontière géographique franchie ;
  • Deezer en Belgique ;
  • attendre des mois pour une sortie potable d’un mauvais film américain en version originale sous-titrée alors que disponible depuis longtemps outre-atlantique ou chez les partageurs de fichiers ;
  • … en somme, tous ces petits automatismes abscons dans un contexte de dématérialisation des contenus et de désagrégation des frontières géographiques.