J’aurais pu appeler ce message "profiling open source", ou quelque chose du genre, mais finalement « j’ai la flemme » et joue la carte de la simplicité. J'espère que ce n'est une nouvelle pour personne, mais il existe des alternatives autogérées et/ou open-source aux outils d'Automattic (ou ceux de Google). Mais si, voyez : ceux qui gèrent les commentaires, spams, statistiques, avatars dont vous ne pouvez vous désinscrire (Gravatar), … de WordPress. En somme, beaucoup trop, et de façon intrusive.

Alors que c’est typiquement le genre de chose que j’abhorre, évite et bloque dès que cela m’est possible (via Ghostery le plus souvent), j’ai néanmoins passé le pas et activé un service de collecte de statistiques sur les quelques sphères de mon site où cela m’était possible sans trop malmener mon code. Les raisons sont un peu nébuleuses ; j’aimerais avant tout voir, en bon personal branling, lesquels de mes billets « marchent », quelles voies sont utilisées pour atteindre mon petit coin du net, … Disons à titre de curiosité tout simple, aussi.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai cherché une manière de mener un service statistique, l’intégrer à mes sphères, voire que c’en soit à part entière. Ainsi est né stats.postblue.info, propulsé par Piwik – un outil d’analyse opensource. De façon tout à fait indépendante, donc, cela me permet d’autogérer mes données, et de proposer publiquement celles-ci à la vue de ceux qui finalement participent à mon huilage d’ego.

Par respect des citoyens du Net qui viendraient à ma porte, j’ai voulu donc adapter pour l’occasion la définition d’un logiciel libre :

  • tout le monde peut accéder aux statistiques collectées à l’adresse stats.postblue.info via un compte anonyme ;
  • les adresses IP sont (normalement) anonymisées sur les trois derniers bytes, les faisant ressembler à 192.xxx.xxx.xxx ;
  • les archives de plus de 3 mois sont supprimées tous les mois des bases de données.

J’espère que cet alternative portera ses fruits, idéologiquement elle me plaît plus qu’avoir tout bien caché dans mon interface d’administration (que je n’utilise jamais).